Home

RIP Éric Charden

 

Jacques Puissant (alias Éric Charden) est né en Indochine française (au Viêt Nâm donc pour ceux qui n’auraient pas bien suivi les cours sur la décolonisation) d’un père français et d’une mère tibétaine ; il y passera les 7 premières années de sa vie.

Installé ensuite à Marseille, il poursuit ses études post-bac à Paris où il enchaîne les petits boulots. Une rencontre heureuse l’amènera au monde du show-biz et à l’enregistrement de son 1er album en 1963 «J’ai la tête pleine de Provence».

1966, Éric est membre du jury de l’élection de Miss Beatnik qui sera remportée par Annie Gautrat qui deviendra plus tard la fameuse Stone en référence à sa coiffure quasi identique à celle de Brian Jones (guitariste des Rolling Stones).

Éric Charden, outre sa carrière de chanteur, va alors s’investir dans la carrière de sa jeune épouse et compose de nombreuses chansons pour Johnny Halliday, Sylvie Vartan, Dalida ou encore Claude François.

Plus tard, il s’associe «officiellement» avec Stone pour devenir le mythique duo Stone et Charden qui va cumuler les tubes et les disques d’or de 1971 à 1975, même si Éric poursuit parallèlement une carrière solo. Il se sépare alors de Stone, mais leurs carrières resteront fortement liées.

Il se lance ensuite dans la comédie musicale en concevant Mayflower (oui, c’est bien le nom du bateau qui emmena les 1ers migrants britanniques vers le Nouveau Monde au XVIIe siècle) ; il en créera 2 autres, L’opéra vert et La cinquième dimension, pour lesquels n’existent que des disques, les spectacles ayant connu des problèmes de production.
Éric Charden continue de nous étonner à la fin des années 70 en créant et en interprétant des génériques de dessins animés japonais qui nous ont bercé comme Albator, le corsaire de l’espace (dont le héros est connu dans le monde entier sous le nom d’Herlock, sauf en France : c’est Éric Charden qui lui a donné le nom d’Albator) ; citons également la série San Ku Kaï (c’est la bataille, c’est la bataille).

Par la suite, Éric Charden se retire de la vie publique. Il réapparaît en 2001 pour publier La baraque au néon (un conte surréaliste) ainsi qu’un recueil de maximes illustrées de ses œuvres picturales.

C’est ensuite le retour sur scène en 2007 avec Stone où il intègre la tournée « Âge tendre et Têtes de bois ».

En janvier 2012, il devient- avec Stone – chevalier de la Légion d’Honneur et sort en avril un album de reprises de duos célèbres. Dans quelques jours sortira (c’était prévu de longue date) son autobiographie : De l’encre sur les doigts.

Souffrant de la maladie de Hodgkin, il meurt le dimanche 29 avril 2012 d’un lymphome.

Qu’il repose en paix

Vu que je suis normande, voir Made in Normandie

Voir le générique de San Ku Kaï (on voit Charden crédité d’ailleurs)

Voir le générique d’Albator, le corsaire de l’espace

Publicités

moi, ce que j'en dis...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s